AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 •• meadow ; already over.

Aller en bas 
AuteurMessage
S. Meadow Baxter

avatar

Féminin nombre de messages : 385
age : 25
copyright : PShake.
pseudo : Poney Shake ; PShake.
humeur : Egocentrique.
date d'inscription : 13/06/2008

Pensine
année du personnage: Septième.
animal: Génésis, dite Ginny, son chat.
notes:

MessageSujet: •• meadow ; already over.   Dim 12 Juil - 21:17

    en construction.

_________________
    [img][/img]
    november; @ LJ .
    Ah m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi,
    Et regarder les gens tant qu'y en a,
    Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra,
    En serrant dans ma main tes p'tits doigts.
    RENAUD ♥ Mistral Gagnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S. Meadow Baxter

avatar

Féminin nombre de messages : 385
age : 25
copyright : PShake.
pseudo : Poney Shake ; PShake.
humeur : Egocentrique.
date d'inscription : 13/06/2008

Pensine
année du personnage: Septième.
animal: Génésis, dite Ginny, son chat.
notes:

MessageSujet: Re: •• meadow ; already over.   Mar 14 Juil - 23:01

      i ; meadow.

    LE PROFESSEURSasha Baxter ? Jeune homme ? Auriez-vous l'amabilité de répondre quand on vous demande ?
    Je ne répondis rien, je n'étais pas concerné.
    LE PROFESSEURPar la barbe de Merlin, Monsieur Baxter !
    MEADOWOui ?
    LE PROFESSEUREnfin ! Je commençais à me demander si vous n'étiez pas sourd !
    L'imbécile rit, si bien que la monstrueuse enflure, qu'il portait candidement au niveau de ce qui aurait dû être un ventre, remuait au rythme de ses éclats, j'arquais un sourcil. J'étais certes indiscret en examinant ainsi sa bedaine d'ours, mais il y avait de quoi se poser des questions face à une anomalie telle, de l'anatomie humaine. Peut-être ce cher homme n'était-il pas humain. Toujours est-il que je commençais à trouver répugnant le fait qu'il agite ainsi sa panse sous mes yeux de jeune innocent. J'en étais désormais sûr j'en ferai des cauchemars.
    LE PROFESSEURHum, hum.
    Aurait-il remarqué mon indélicatesse ? En guise d'excuse, je lui offrais un sourire radieux, celui de l'élève adorable, étonnant, parfait que les professeurs naïfs chérissent tant. Sans grande surprise, l'ours en fut satisfait.
    LE PROFESSEURVous êtes bien l'élève de Serdaigle, en septième année, Sasha Baxter n'est-ce pas ?
    MEADOWNon, il doit y avoir une erreur.
    Quelques élèves – j'en déduisais qu'il devait s'agir de mes amis – pouffèrent. J'affichais une mine naïve, feignant l'incompréhension. Le vieil ours – blanc je précise, je me demandais s'il était simplement âgé où s'il venait du nord – déposa ses minuscules lunettes sur son nez de grizzly, ah le fourbe, il semblait flairer le poisson... Ou pas...
    LE PROFESSEURMais alors... Qui êtes vous ?
    Oh, je le croyais pourtant moins malin.
    MEADOWMeadow Baxter, monsieur.
    D'un œil appliqué, il scruta, car c'était bien le mot, son parchemin. Je n'avais aucune idée de ce que ce bout de papier jauni pouvait bien raconter mais il semblait bien passionnant. Ses yeux le parcoururent, une fois, deux fois, trois fois, il paraissait intrigué.
    LE PROFESSEURIl n'y a pas de Meadow Baxter sur ma liste, vous n'avez rien à faire dans mon cours.
    Cet homme n'était pas des plus distingués et polis. Enfin, j'en attendais peut-être trop d'un ours. Je haussais les épaules, simplet et rassemblais mes affaires pour m'extirper de l'endroit sous les gloussements suspects de mes camarades. Je restais cependant dans le couloir, attendant la fin de l'heure, je n'avais rien d'autre à faire. Adossé contre le mur en pierre, je me laissais aller et commençais à somnoler.
    TEENACombien de temps, encore, vas-tu faire durer la plaisanterie Dow ?
    Je sursautais, cette peste venait de perturber ma rêverie.
    MEADOWJe dirais... Le temps que les poissons mordront encore à l'hameçon.
    TEENATu vas t'attirer des ennuis !
    MEADOWEt je ne vois pas en quoi cela te concerne.
    La colère - certainement – lui monta aux joues, elle rougit, et, de nouveau, ce devait être un trouble obsessionnel du comportement, ou une simple manie, j'arquais un sourcil. J'ajoutais à cela une moue des plus interrogatrice. Une soupe à la grimace au sens le plus propre et monstrueux du terme semblerait-il car cela ne la fit pas rire bien au contraire.
    TEENAQuand vas-tu te décider à grandir un peu ?
    MEADOWGrandir ?
    TEENAJe ne comprends pas, Sasha est bien le prénom que ta mère t'as donné à la naissance, il est stupide aujourd'hui de le renier. Tu es un garçon puéril, à l'esprit de contradiction trop développé, je m'inquiète pour toi, contredire un professeur, mentir sur son identité, tu cours droit vers le précipice.
    J'approchais mon visage du sien, ses yeux s'arrondirent et je la vis très nettement piquer un fard.
    MEADOW Je suis sûr que tes parents t'ont déjà dit de ne pas juger une personne sans la connaître, il est peut-être temps de suivre leur conseil jeune fille.
    Et sans plus d'explication, je m'éloignais, vexé et déçu par la nature humaine. J'avais cette fâcheuse tendance à dramatiser une situation qui se voulait banale, mais cette jeune fille avait trouvé la faille. Cette faille-là, cela faisait des années que je m'évertuais à la combler, mais malgré tous mes efforts, je n'en avais obstrué que la couche superficielle, restait encore en profondeur, les souvenirs. Mon grand-père, cet homme respectable et admirable, le seul pour qui j'étais plus qu'un simple animal déambulant sur cette planète pour combler le vide, le seul pour qui quelqu'un « d'autre » n'aurait pas fait l'affaire. Il m'aimait, et même si j'étais fort innocent pour le comprendre, il transpirait ce sentiment, cette ardeur, cette passion pour son petit-fils qui n'était autre que son ange. J'étais cet angelot et il m'avait surnommé Meadow, parce qu'avec moi, il avait l'impression de revivre, de s'évader de la prison maudite qu'est la vieillesse. Il mourut et ce jour-là je perdis mon cœur, jeune, trop jeune, pour ne jamais plus éprouver l'amour, dans quelconque autre forme du mot.

_________________
    [img][/img]
    november; @ LJ .
    Ah m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi,
    Et regarder les gens tant qu'y en a,
    Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra,
    En serrant dans ma main tes p'tits doigts.
    RENAUD ♥ Mistral Gagnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
•• meadow ; already over.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We're up all night to get lucky » Meadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: 

l'administration

 :: poudlard express
-
Sauter vers: